/ / /
  • Extrait du compte-rendu de l'assemblée générale du 17 novembre 2009
    Nous avons appris il y a peu, qu’un ancien élève de l’Institution, Jacques Vigoureux, avait été nommé à titre posthume Juste parmi les nations. Sa fille, Marie Theulot, effectue en effet des recherches sur son père et s’est, à ce titre, rapprochée de l’association. Elle a dernièrement publié un roman très remarqué, Le Plongeon interdit, préfacé par Simone Weil.
    En remerciement de l’aide que nous pouvons lui apporter, elle propose de donner trois conférences à l’Institution


    COMPTE-RENDU de la conférence du 24 novembre 2009

    Les Justes parmi les Nations évoqués par Marie Theulot


    theulot1
    En cette fin novembre, notre lycée a accueilli l’auteure bourguignonne Marie Theulot. Venue évoquer les Justes parmi les Nations à travers l’histoire de son grand-père et de son père, originaires de notre région.





    12Son grand-père Georges Vigoureux était commissaire de police à Rosendael à la déclaration de la guerre en septembre 1939 et son père Jacques a été  élève de notre établissement de 1940 à 1942. Tous deux,  pour leurs actions en 1943-44, à Bagnères-de-Bigorre, dans les Hautes-Pyrénées, figurent au nombre des Justes parmi les Nations. Ces gens qui, non juifs, ont sauvé au péril de leur vie des Juifs.

    Dès le début de la Guerre le commissaire Vigoureux entra dans la Résistance, participant à des actes de sabotage contre l’ennemi. En juillet 1942, recherché par la Gestapo, il ne dut son salut qu’en s’enfuyant en zone libre avec sa famille. Lorsqu’en novembre 1942 les Allemands ont occupé la zone libre Georges Vigoureux reprit ses activités. Plus particulièrement en prévenant des familles juives de l’imminence de leur arrestation. Les Juifs étaient nombreux à séjourner à Bagnères-de-Bigorre, dans l’espoir de pouvoir passer en Espagne, toute proche.


    13


    Courant 1943, face au nombre croissant de Juifs à prévenir, le commissaire Vigoureux fit appel à son fils Jacques, qui n’avait que 16 ans. Tous deux sauvèrent ainsi plusieurs dizaines de familles juives d’une mort certaine. Mais en mai 1944 le commissaire Vigoureux tomba dans un piège tendu par la Gestapo et quelques semaines plus tard fut transféré au camp de Dachau par le trop célèbre train de la mort. En vue d’échapper à une probable arrestation, son fils Jacques dut prendre le maquis dans les montagnes pyrénéennes.






    marie theulotMarie Theulot est intervenue à quatre reprises. Dans le cadre d’une conférence, le mardi 24 novembre, dans l'amphithéâtre du lycée, mais également au cours de trois animations auxquelles ont participé les élèves des huit classes de première. A chaque fois l’auteure du roman « Le plongeon interdit : Stuttgart 1938 », qui raconte l’histoire en cette période troublée d’une jeune fille juive et de sa famille sauvées par une famille protestante allemande, a su capter l’attention de son auditoire. Marie Theulot a ainsi expliqué quelles avaient été les raisons qui avaient poussé des hommes et des femmes, à l’image de Georges et de Jacques Vigoureux,  à devenir  Juste. Juste reconnu, dont le nom est aujourd’hui inscrit sur le mur de Yad Vashem, ou Juste sans le savoir, qu’elle a qualifié de « Juste anonyme »... Juste pour avoir été  l’auteur de dizaines d’actions ou pour en n’avoir accompli qu’une seule, comme cette déportée politique d’Auschwitz, qui fit le sacrifice de sa vie en donnant  une tasse de tisane à une femme juive mourant de soif. Dunkerquoise par ses origines, Marie Theulot a eu un plaisir certain à raconter les sauvetages effectués par des femmes du Nord lors de la terrible rafle de Fives-Lille le 11 septembre 1942.



    theulot2


    >> article paru dans le phare du 18 novembre : l'écrivain Marie Theulot sur les traces de son passé:


    >> article paru dans la Voix du Nord du 24 novembre 2009: Marie Theulot livre un juste travail de mémoire

     INVITATION à la conférence du 24 novembre 


    L’ Institution Notre Dame des Dunes, 
    L’Association des Anciens de Notre Dame des Dunes, 
    ont le plaisir de vous convier à la Conférence de
    Madame Marie THEULOT, écrivain,
    sur le thème : « Les Justes parmi les Nations » au temps de l’oppression nazie.
    Le Mardi 24 Novembre à 20h
    dans l’amphithéâtre du Lycée.

     

    Fille et petite fille de Georges VIGOUREUX, ancien commissaire de Police à Rosendaël et Jacques VIGOUREUX, ancien  élève de Notre Dame des Dunes,

    tous deux nommés « Justes parmi les Nations », Marie THEULOT nous délivre un message d’humanisme dans son livre « Le plongeon interdit », préfacé par Simone VEIL.

      Elle expliquera comment des hommes et des femmes anonymes ont eu un jour le courage de dire non.

    « Quiconque sauve une vie sauve l’univers tout entier ».

    Hommage aux Justes de  France
    (18 Janvier 2007 – Panthéon).

    C. DESFACHELLE, Directrice  del’Institution ,
    L. CHOMBART, Directeur du Lycée,
     E. VARET, Présidente des Anciens  des Dunes.

    Texte de l'article du Phare


    Fille et petite-fille de Justes dunkerquois

    L'écrivain Marie Theulot sur les traces de son passé

    mercredi 18.11.2009, 14:00

    La couverture du livre La couverture du livre "Le plongeon interdit", préfacé par Simone Veil.

     

    Sur les traces de son ancien élève de père, l'écrivain Marie-France Theulot sera au lycée Notre-Dame des Dunes le 24 novembre pour animer une conférence sur le thème "Les Justes parmi les Nations"

    De tous les écrivains invités par le lycée Notre-Dame des Dunes, et sans faire offense à quiconque, Marie-France Theulot sera sans doute l'auteur le plus fébrilement attendu.


    Recevoir un écrivain dont le premier et unique ouvrage, traitant de la déportation d'une famille juive sous le joug nazi, peut se targuer d'être préfacé par Simone Veil, est déjà un événement en soi mais il y a plus marquant encore.
    Car Marie Theulot, de son nom de plume, est non seulement intimement liée à Dunkerque et au lycée Notre-Dame des Dunes en particulier, mais le sujet de son livre "Le Plongeon interdit" est pour ainsi dire inscrit dans sa chair... Fille et petite-fille de Georges Vigoureux, ancien commissaire de police à Rosendaël, et de Jacques Vigoureux, ancien élève de Notre-Dame des Dunes, tous deux nommés justes parmi les Nations, Marie Theulot saura sans doute mieux que quiconque expliquer comment des hommes et des femmes anonymes ont eu un jour le courage de dire non face à l'indicible horreur de la solution finale.
    L'événement est donc assez rare pour être souligné.
    Depuis la parution de son livre, Marie Theulot, enseignante à la retraite et devenue depuis San-Rémoise, multiplie les interventions dans les établissements scolaires. Comment ne pouvait-elle ne pas faire une halte à Dunkerque ?
    Organisée conjointement par l'institution et l'association des Anciens de Notre-Dame des Dunes, la conférence se tiendra le 24 novembre à 20 heures dans l'amphithéâtre du lycée.

    D.E.

    Le Plongeon interdit. Stuttgart 1938, 200 pages, Editions Ourania, 14,50 E.

     




    Texte de l'article de la Voix du Nord

     

     mardi 24.11.2009, 05:02 - La Voix du Nord

    |  CONFÉRENCE |

    Qu'est-ce qu'un « Juste parmi les nations » ? Ce soir, à 20 h, Marie Theulot, petite-fille et fille de Justes, donnera une conférence sur ce thème à l'Institution Notre-Dame des Dunes de Dunkerque. Là où son père, Jacques Vigoureux, avait été scolarisé jusqu'en 1942.

     

    PAR OLIVIER TARTART

    dunkerque@lavoixdunord.fr PHOTO REPRO « LA VOIX »

    Née voici un demi-siècle à peine, la notion de « Juste parmi les nations » a surtout été popularisée par le film de Steven Spielberg,La Liste de Schindler. Dans une autre veine, Marie Theulot multiplie cafés littéraires, débats et conférences sur cette notion qu'elle connaît si bien. « Le déclic s'est produit voilà deux ans, confie l'enseignante aujourd'hui à la retraite. L'un des élèves de l'atelier de lecture dans lequel je suis impliquée m'a montré un exemplaire d'un livre qui s'appelait L'Histoire d'un Juste, édité chez Bayard Presse, en me disant qu'il n'y comprenait rien. Je le lui ai donc expliqué... » Un cycle de nombreuses interventions sur le sujet venait de naître, qui la voit revenir sur ses terres natales ce soir, le temps d'une conférence grand public, suivie d'autres destinées aux lycéens de première des « Dunes » en fin de semaine.

    Car Marie Theulot est bien placée pour définir au plus juste cette notion : son grand-père, Georges Vigoureux, et son père, Jacques, ont tous les deux été reconnus comme Justes par le Mémorial de Yad Vashem. « Mon grand-père était commissaire de police à Rosendaël de 1938 à 1942, rappelle Marie Theulot. Résistant de la première heure. Convoqué en juillet 1942 à la Gestapo de Cassel et relâché, il partait dans la journée, avec sa famille, vers Vichy. » En poste à Bagnères-de-Bigorre, Georges Vigoureux poursuit ses activités de résistance. Jacques, 16 ans, y participe. « Mon père est l'un des plus jeunes Justes de France. En quelques jours, il a prévenu une quarantaine de familles juives qu'elles étaient sur les listes. » Si le fils a vécu dans le maquis en échappant à la Milice, le père a passé neuf mois à Dachau et en est revenu avant de décéder quinze ans plus tard. « On a su tardivement qu'ils avaient fait tout ça, avoue Marie Theulot. Ça a sauté une génération, ce sont mes enfants qui ont posé ces questions. On s'est dit qu'il fallait retrouver les familles qu'ils avaient sauvées.

     » Autant de témoignages qui ont servi, sous le regard bienveillant de Daniel Oren, président de l'association Dunkerque-Israël, à instruire le dossier de reconnaissance des deux hommes comme Justes en 1994.

    Souhaitant transmettre cette mémoire aux jeunes générations, Marie Theulot vient de signer Le Plongeon interdit (éd Ourania, 14,50 E), qui retrace une romance entre une juive et un protestant, Allemands tous deux, dans le Stuttgart de 1938. Un premier livre rehaussé d'une préface de Simone Veil, présidente de la Fédération pour la mémoire de la Shoah.

    La romancière se penche actuellement sur la vie de son père, scolarisé jusqu'en 1942 à Notre-Dame des Dunes. Elle a donc contacté l'Association des anciens, qui a retrouvé la trace du passage de Jacques Vigoureux sur les bancs de l'institution catholique. « Il a suivi les cours de 5e puis de 4e, assure Édith Varet, présidente. On a retrouvé des anecdotes dans nos archives. De quoi nourrir son imaginaire. » Mais Marie Theulot est loin d'être obnubilée par sa seule histoire familiale. « Quand j'interviens sur ce thème, je présente des histoires différentes, celle de mon grand-père et de mon père se résume à une intervention sur Radio Uylenspiegel voilà quinze ans.

     » Histoire de ne pas oublier, comme le précise cette citation du Talmud gravée sur la médaille des Justes, que « quiconque sauve une vie sauve l'Univers tout entier ». •

    « Les Justes parmi les nations », conférence de Marie Theulot, à 20 h, amphithéâtre de l'Institution Notre-dame des Dunes, 60, rue du Sud.



     

     

    • Ce soir, aux « Dunes », Marie Theulot livre un juste travail de mémoire

Partager cette page

Ptésentation du Blog

  • Anciens de Notre-Dame des Dunes à Dunkerque, élèves, parents, professeurs, personnels, ce blog est le vôtre.
    .
  • Faites-le vivre en apportant des nouvelles, des témoignages, des reportages, des articles,des suggestions.
    .
  • Inscrivez-vous à la newsletter, vous serez ainsi prévenus de tout nouvel article sur le blog.    
    .
  • Utilisez largement les possibllités des commentaires et le "contact".
  •  
  • CONTACT (cliquez)
  •  
  • Quest-ce que l'Association des Anciens des Dunes (cliquez)

En résumé   l’Association

  • Vous met en réseau

  • Vous offre ses archives

  • Participe à la vie dz l'établisement

  • Organise des conférences

  • Accompagne les entretiens de motivation

  • Publie périodiquement une revue

  • Facilite les retrouvailles de promos

  • Alimente un blog et les réseaux sociaux

  •  
  • ADHESION et COTISATION
    .
  •   

Recherche

Quelques "RUCHE"

En souvenir de

Interviews de la Ruche

des Interviews de la RUCHE
TOUT EST POSSIBLE
 
 

Nos photos